RTPacific Contact Avis
 
32.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le Gouvernement et le CCI lancent une série de débats sur l’avant-projet de la nouvelle constitution

Le Gouvernement et le CCI lancent une série de débats sur l’avant-projet de la nouvelle constitution



Après la perturbation de certaines rencontres d’information sur le référendum dans des villes de province, le gouvernement, de concert avec le Comité consultatif indépendant (CCI), a lancé, le mercredi 12 mai, une série de débats sur le projet de la nouvelle constitution. Ces activités ont pour objectif de faciliter la compréhension du document élaboré par le CCI et d’en discuter.

À environ un mois de la réalisation du référendum constitutionnel, le gouvernement et le Comité consultatif indépendant (CCI) cherchent à vulgariser le projet de la nouvelle constitution. Pour faciliter cette démarche, le gouvernement a.i de Claude Joseph a lancé une série de débats sur le document en circulation afin d’en favoriser la discussion et aussi sa compréhension par la population. Au terme de cette série, les secteurs participants auront à proposer des modifications ou la consolidation dudit document.

Selon le secrétaire d’État à la Communication, Frantz Exantus, il y aura deux ou trois séries de débats sur le régime politique. Des échanges seront organisés sur la décentralisation, l’intégration des femmes et de la diaspora, a expliqué celui qui joue le rôle de porte-parole du gouvernement. Les perspectives économiques et l’exercice démocratique seront aussi à l’ordre du jour de ces discussions.

Le président du CCI, Boniface Alexandre, a affirmé que la Constitution de 1987 arrive à son terme. « Elle est inutilisable. Depuis au départ, elle n’était pas bonne », a martelé l’ancien président de la République entre 2004 et 2006. Pour lui, la Constitution de 1987 ne peut pas continuer à servir le pays après ses 34 années.

L’ancien président est déçu de ceux qui traitent de tous les maux les cinq membres du CCI. Il a fait remarquer qu’ils ne travaillent pas pour le président Jovenel Moise. L’ancien président de la Cour de cassation a souligné qu’ils œuvrent pour la population, pour le peuple. Selon lui, la constitution est pour le peuple, il peut décider de la changer quand il veut. « C’est l’unique loi qui est pour le peuple », a filé l’homme qui vante les qualités extraordinaires du document par rapport au droit haïtien. Maitre Alexandre estime que le document exprime la volonté du peuple.

Changer la constitution est une opportunité qu’offre la crise

De son coté, le chef du gouvernement a.i, Claude Joseph, a fait savoir que le chef de l’État n’entend pas profiter de la réforme constitutionnelle pour se maintenir au pouvoir. En pleine crise, le Premier ministre a.i estime que c’est une opportunité que le pays a, actuellement, pour changer la loi-mère. Il a pris en exemple de nombreux pays, dont la France et les USA, qui ont réalisé des réformes constitutionnelles au milieu des périodes de crise. « Dans chaque crise, il y a une opportunité. L’opportunité que nous pouvons profiter de la crise actuelle c’est de changer la Constitution », a lâché Claude Joseph. Il croit qu’on doit donner une chance au peuple de dire oui ou non sur le projet de la nouvelle constitution.

Pour le ministre chargé des Questions électorales et des Relations avec les partis politiques, Mathias Pierre, il n’est pas question de laisser à la 51e législature la mission de travailler sur un amendement de la Constitution. « Attendre la 51e législature pour prendre une nouvelle chance, c’est lâcher l’avenir de tout un peuple à l’aventure », a indiqué M. Pierre. Il a relaté que le président Jovenel Moise a profité d’un couloir d’opportunités pour changer la Constitution. Suivant ses dires, le texte en débat dans les médias malgré les critiques acerbes.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7989]