RTPacific Contact Avis
 
30.68° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La Faculté des sciences infirmières de Port-au-Prince commémore la Journée internationale des infirmières

La Faculté des sciences infirmières de Port-au-Prince commémore la Journée internationale des infirmières



Le 12 mai 2021 marque la Journée internationale des infirmières. Sous le thème « La profession infirmière : une voix faite pour diriger » (et le sous-thème « une vision pour les soins de demain »), la Faculté des infirmières a organisé différentes activités parmi lesquelles une conférence, le 11 mai en prévision de cette commémoration internationale. De même, plusieurs activités ont eu lieu tout au long de cette journée dédiée aux infirmiers et infirmières.

Pour les étudiantes de la Faculté des infirmières de Port-au-Prince, c’est une journée de réflexion empreinte de célébration. En effet, plusieurs de ces jeunes qui ont choisi de faire de cette science leur profession ont fait part de leurs inquiétudes quant aux problèmes que rencontrent les infirmiers et infirmières. Jean Charles Alexander, étudiant en 4e année à la Faculté des sciences infirmières, également appelée École nationale des infirmiers de Port-au-Prince (ENIP), parle de la stigmatisation que connaissent les hommes qui font choix de ce métier. Pour lui, en Haïti, la coutume veut que les hommes étudient la médecine. De ce fait, les infirmiers sont les moins bien traités. Bien qu’il admet qu’historiquement, les sciences infirmières étaient exercées par les femmes.

Pour sa part, cette autre étudiante dit reconnaître que les infirmières ne sont pas bien traitées dans les milieux hospitaliers. Elles ne reçoivent pas un salaire adéquat, et la majeure partie d’entre elles ne trouvent pas de travail à la fin de leur étude. « Les infirmières ont de la valeur dans la société », affirme-t-elle. Les revendications sont unanimes du côté des étudiants, la création de l’ordre des infirmiers et des infirmières qui leur permettrait de faire plus de progrès dans leur travail, de meilleurs salaires et traitement. De même, des moyens doivent être mis à leur disposition pour qu’ils soignent les malades.

La directrice de cette faculté, Marie Nicole Sully Guerrier, a pour sa part fait savoir que cette journée est d’une importance capitale et apporte la motivation nécessaire pour continuer la tâche qui est de soigner les gens. Cependant, elle dit croire que le système de santé haïtien a régressé. Pour Me Guerrier, ce manque de motivation chez les jeunes pour étudier ce métier est dû à l’absence d’encadrement des infirmiers et des infirmières.

À l’instar de ces étudiants, la directrice de l’ENIP parle du manque d’intégration de ces professionnels dans le système de santé haïtien, du mauvais traitement qui leur est accordé, et du manque de moyen dont ils disposent. Elle souhaite que le métier soit revalorisé à nouveau, que les étudiants, étudiantes soient encadrés pour éviter qu’ils ne laissent le pays pour offrir leur service ailleurs.
De son côté, le Premier ministre a.i Claude Joseph a loué le travail important que fournissent les infirmières et infirmiers haïtiens dans le système de santé. La ministre de la Santé, Marie Greta Roy leur a adressé des vœux et les a sensibilisés à travailler pour une meilleure santé pour tous. Alors que ces professionnels ne cessent de demander des moyens nécessaires à cet effet.

Geneviève Rose Murdith Joseph




Articles connexes


Afficher plus [7989]