HAÏTI- POLITIQUE « Accord final de Vertières » : un dernier pour la route

0
1006

Mouvement point final et la plateforme politique Union des centristes pour sauver Haïti (SOVA), lors d'une conférence de presse tenue au Centre-ville de Port-au-Prince, ce 25 novembre 2021, ont proposé, comme solution à la crise, un nouvel accord dénommé Accord final de Vertières. Suivant les signataires de cet accord, il s’agit de la fusion et d’une synthèse de tous les précédents accords.

D'après Jean Chenet Ulysse, coordonnateur  général du Mouvement point final, c'est suite à l’assassinat  crapuleux de l'ancien président Jovenel Moïse le 7 juillet dernier, que la situation socio-politique du pays a pris cette  nouvelle tournure, plongeant la population dans une situation incertaine, invivable et même ingouvernable. Il a surtout fait référence à la question de l’insécurité, le banditisme et le kidnapping qui ravagent la société haïtienne. « En ce sens, rien que pour sauver Haïti, et sans vouloir réinventer la roue que le mouvement point final et la plateforme politique Union des centristes pour sauver Haïti (SOVA) ont pris l’initiative de fusionner l’ensemble des accords pour trouver une solution durable et impartiale à la crise haïtienne», a-t-il lancé.

Ce dernier a fait savoir qu'aucun des accords n’a totalement convaincu l’opinion publique, malgré leurs points de convergences et de divergences. Cependant, Jean Chenet Ulysse pense dans tous les accords manifestent une volonté de sortir Haïti de cette impasse. «  Mais en conséquence, pour rester plus près de la Constitution le choix d'un gouvernement bicéphale s'impose », a-t-il poursuivi.

« Par ailleurs, pour éviter trop de bagarre dans le choix d'un président et de donner trop de responsabilités à un chef exécutif unique, l’Accord final de Vertières propose également un conseil de gouvernance, qui est inévitable suivant l’article 2 dudit accord. La restauration du climat de sécurité sur tout le territoire national pour lutter contre le banditisme afin d'aboutir à l’organisation des élections générales dans tout le pays et mettre en place un programme d'apaisement social pour lutter contre la faim et la misère en Haïti, réduire la taille du gouvernement de transition par la diminution du nombre de ministères et des secrétaireries d'État pour rationaliser les dépenses publiques », a argumenté, l'un des signataires de l’Accord final de Vertières, Jean Chrisnel Décimé.  

Selon l’Accord final de Vertières, il faut mettre en place un Conseil de gouvernance pour assurer la transition, monter un cabinet ministériel de 11 membres de concert avec les autres accords et des représentants des organisations haïtiennes de la diaspora entre autres. Les signataires insistent sur le fait que le Dr Ariel Henry avait pris fonction le 20 juillet 2021 comme chef provisoire du gouvernement après l’assassinat de Jovenel Moïse et que son mandat a déjà pris fin le 20 novembre 2021.

« Ainsi, cet Accord final de Vertières est proposé en mémoire des ancêtres de Vertières, de la révolution haïtienne anti esclavagiste et anti colonialiste de 1804 pour la gloire, le bonheur, la prospérité et le redressement social, politique, économique, diplomatique et culturel d’Haïti, la première République noire indépendante noire du monde. », ont expliqué les signataires dudit accord

Vladimir Predvil

LAISSEZ UN COMMENTAIRE