Le pays en ébullition

0
470

À la mi-journée du jeudi 21 octobre 2021, des mouvements de protestations ont eu lieu à nouveau, dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, et dans plusieurs villes en province, pour protester contre la rareté permanente des produits pétroliers sur le marché national et la cherté de la vie.

Dans la capitale et les zones environnantes, des barricades de pneus usagés enflammés, des pierres et des tronçons d’arbres ont été installés dans diverses rues de Port-au-Prince, notamment sur la route de Lalue, Bourdon et Delmas.

Cette situation intervient alors que le pays se remet à peine deux journées de grève, lancées par des associations de transport, ce qui avaitprovoqué la paralysie quasi totale des activités, dans la capitale, et de nombreuses villes de province en début de semaine. Un mouvement spontané a surpris tout le monde ce jeudi 21 octobre 2021. Avec toujours au centre des revendications, la rareté du précieux liquide, et l’augmentation démesurée des produits de premièrenécessité.

Ce mouvement de protestations, organisées principalement à l’initiative des chauffeurs de motos-taxis, aperturbé la circulation d’automobile, en différents endroits, contraint ainsi les citoyens à regagner leur foyer à pied.

Dans certaines zones telles queDelmas 60 et Juvénat, les protestataires ont lancé des pierres ainsi que des tessons de bouteilles en direction de quelques autres chauffeurs de motos-taxis et de véhicules de transports en commun, qui tentaient de forcer les barricades.

« Nous faisons ce mouvement par ce que nous, les jeunes, sommes abandonnés, la seule alternative que le pays nous offre est le taxi moto, voilà que nous ne pouvons pas fonctionner, déjà ils nous ont contraintsà acheter le carburant très cher, nous avonsrésisté, mais maintenant on n’en trouve plus », s’estplaint un jeune chauffeur de taxi moto. Il annonce sa présence dans les rues tous les jours tant que ses revendications ne seront pas prises en compte.

Esdra Jeudy

LAISSEZ UN COMMENTAIRE