Rareté de carburant : l’ANAPROSS interpelle les autorités haïtiennes

0
389

L’Association nationale des propriétaires des stations de service ( ANAPROSS) exige que les autorités haïtiennes de prennent des mesures afin de résoudre le problème de l’insécurité qui gangrène le pays. Selon L’ANAPROSS c'est la recrudescence de l'instabilité qui est la principale cause de la rareté des produits pétroliers au niveau du territoire national.

L’Association des chauffeurs de produits pétroliers est prête à observer un arrêt de travail afin d'obliger les instances concernées à prendre des dispositions nécessaires pour freiner les actes de banditisme dans le pays. D’un autre côté, le président de l’Association nationale des propriétaires des stations de service, Marc André Dériphonse, que la rareté de carburant que connait le pays depuis des semaines est due à plusieurs raisons : d’abord, la question de l'enlèvement de camion de produits pétroliers avec leurs chauffeurs. « En outre, l'accès est de plus en plus difficile à cause des gangs armés qui contrôlent la zone métropolitaine depuis les terminaux de Varreux jusqu’à Martissant. Actuellement il y a deux chauffeurs qui ont été séquestrés à Martissant, ça s'est passé samedi dernier », a-t-il confié.

Ensuite, le premier responsable de L’ANAPROSS a fait savoir que les produits pétroliers sont d'une importance capitale pour tous les secteurs de la vie nationale. Les hôpitaux, le transport public et les industries ne pourront pas fonctionner si cette pénurie se prolonge dans les stations d'essence.

« Par conséquent, je souhaite que les autorités haïtiennes prennent ce problème à cœur, parce que le pays ne  saurait tenir si ce problème persiste, ils doivent réagir au plus vite afin d'assurer un climat de sécurité pour permettre aux travailleurs du pétrole de reprendre service », a expliqué Marc André Dériphonse. Si la semaine écoulée, il n’y avait pas de gazoline, mais aujourd’hui c'est la question de l’insécurité

Si pour certains, Haïti connait la période la plus difficile de son histoire, pour d'autres la situation actuelle était prévisible puisque l'État, complètement absent, a abandonné le peuple haïtien à son sort. D'un autre côté la cellule d’observation de la criminalité du Centre d'analyse et de recherche en droits humains (CARDH ) a recensé au moins 119 kidnappings pour la moitié du mois d’octobre, selon un bulletin publié ce 19 octobre 2021.

Vladimir Predvil

LAISSEZ UN COMMENTAIRE