S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Élections sur fond de coronavirus: la bataille médiatique Trump Vs Obama est presque frontale

Élections sur fond de coronavirus: la bataille médiatique Trump Vs Obama est presque frontale



« Ceux qui sont au pouvoir s'efforcent de dissuader les gens de voter en fermant des bureaux de vote, en ciblant les minorités et les étudiants avec des lois restrictives sur l'identité et en attaquant nos droits de vote avec une précision chirurgicale », Barack Obama. Global Media 28 - Maryland - Jean-Pierre Leroy – 01-08-20


Les funérailles du feu député de la Géorgie, l’activiste des droits civiques, John Robert Lewis le 30 avril écoulé, auront permis à l’ancien président Barack Obama de lancer une attaque médiatique presque frontale contre l’actuel locataire de la Maison Blanche, Donald Trump.

Dans son Eulogie de circonstance prononcée à l’Église Baptiste Ebenezer, Barack Obama a dénoncé ce qu’il considère comme une conspiration du président américain et son équipe de campagne visant le rejet du vote par courrier postal (mail-in vote) et, voire même, les résultats des présidentielles de novembre.

« Ceux qui sont au pouvoir s'efforcent de dissuader les gens d’aller aux urnes en fermant des bureaux de vote, en ciblant les minorités et les étudiants avec des lois restrictives sur l'identité et en attaquant nos droits de vote avec une précision chirurgicale, et même en sapant le service postal qui devra acheminer les bulletins dans les boites aux lettres de chaque citoyen pour empêcher la propagation du Coronavirus » a scandé Barack Obama longuement ovationné par l’auditoire.

Réagissant ce même jour, quelques heures plus tard, lors de sa conférence de presse (genre campagne électorale) Donald Trump, a réitéré son entière opposition à l’idée de vote par courrier postal (Mail-in Ballot).

« Je ne veux pas attendre une semaine ou un mois après le 3 novembre pour obtenir les résultats des élections qui pourraient être franchement litigieuses ; tout peut arriver. On pourrait même attendre des années ; on peut ne jamais savoir qui en est le vainqueur » a insinué Donald Trump.

Le locataire de la Maison Blanche s’est interrogé également sur ce qu’il considère comme la destination douteuse des bulletins de vote.

« Vous envoyez des centaines de millions de bulletins de vote universels. Où vont-ils? À qui sont-ils envoyés. La fraude électorale sera massive » a-t-il ajouté tout en souhaitant la vérification physique de l’identité des électeurs.

Cependant, plusieurs analystes et experts américains ont rejeté cette idée de fraude prônée par le président américain qui s’oppose au « Mail-in vote. » Ils estiment que les systèmes informatiques mis en place pourront facilement identifier et comparer les signatures des votants. Ils attribuent la« conspiration » concoctée par l’équipe de campagne du président à une conjoncture controlée par le Covid-19 en pleine résurgence. Cette remontée de la pandémie qui a causé la mort de plus de 150 mille personnes a sévèrement affecté l’économie américaine qui vient d’entrer dans une récession qualifiée d’historique par les économistes. La perte de ce cheval de bataille sur lequel Donald Trump a misé gros pour sa réélection constitue un coup dur pour lui qui continue de chuter dans les sondages à trois mois du scrutin du 3 novembre.

Entre-temps, l’équipe de campagne du président Trump continue de répandre « la théorie de conspiration électorale » visant à décourager les électeurs et du même coup prouver la nécessité de reporter la date du 3 novembre. L’entrée en scène de Barack Obama dans la campagne du candidat démocrate Joe Biden, s’inscrit pour plus d’un dans le cadre d’une mobilisation visant à déjouer ce plan. Les récentes déclarations de plusieurs parlementaires républicains qui s’opposent au report des présidentielles de novembre sont considérées comme un revers pour le chef d’état américain. A rappeler, la constitution des États-Unis ne lui confère pas ce droit.

Jean-Pierre Leroy




Articles connexes


Afficher plus [1608]