S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Championnat D2 : L’AS Dessalines expulsée

Championnat D2 : L’AS Dessalines expulsée



La violence est en nette augmentation dans le football haïtien depuis le coup d’envoi de la saison 220-2021. Pour remédier à ce problème, la Fédération haïtienne de football, à travers la Commission d’organisation du championnat haïtien (Cochafop), a haussé le ton. Suite aux actes de violence perpétrés à Marchand Dessalines, l’équipe locale, AS Dessalines, a été expulsée du championnat. Cette décision suscite beaucoup de réactions dans le milieu du sport notamment chez les supporteurs.


En début du mois de novembre 2020, une vidéo a fait le tour des réseaux sociaux où des supporteurs de l’AS Dessalinnes tabassaient le corps arbitral de la rencontre face à l’US Pont Sondé. Cela a révolté plus d’un au point que les arbitres ont lancé un ultimatum auprès de la Cona pour exiger l’application de la charte de la Fédération haïtienne de football. En réponse, la Commission a expulsé l’AS Dessalines du championnat de deuxième division.

Pour Jean Ronald Pierre, un supporteur avisé du football haïtien, la décision de la Cochafop peut-être interprétée de deux manières. Il pense qu’elle peut être un signal pour les autres équipes ou supporteurs qui souhaitent utiliser la violence pour influencer les résultats des matchs. On peut aussi comprendre que l’AS Dessalines est victime parce que l’équipe n’a personne pour défendre son cas auprès de la FHF.

« Je suis le football haïtien depuis plusieurs dizaines d’années. Je sais que nos dirigeants refusent toujours de sanctionner les clubs pour cause de violence. Le plus souvent, c’est parce qu’ils ont des dirigeants puissants à la Fédération ou des alliés. Cette fois, les supporteurs ont franchi la ligne de la sauvagerie. En mettant de côté l’AS Dessalines, la Cochafop a envoyé un signal qui peut dissuader les autres équipes et supporteurs à emprunter cette voie. Mais, pour que la décision soit plus crédible, il est important que tous autres clubs qui se retrouvent dans cette même situation reçoivent des sanctions proportionnelles », explique Jean Ronald Pierre.

Pour l’arbitre Jean Saint-Fleur, la mise à l’écart de l’AS Dessalines est une bonne décision qui peut mettre en confiance les arbitres haïtiens : « Les arbitres sont le plus souvent les victimes des actes barbares des supporteurs. Si les gens savent que leurs clubs peuvent être éjectés de la compétition, ils vont surement réfléchir avant de frapper un arbitre ou un adversaire », a fait savoir l’expérimenté arbitre.

Carmene Pierre, étudiante en journalisme, pense qu’en dépit du fait que les supporteurs sont de plus en violents, l’État a son rôle à jouer. Pour elle, le manque d’infrastructure sportive est une des raisons de la recrudescence de la violence dans les parcs. Plusieurs terrains n’ont pas de grillage, ce qui facilite le contact entre les arbitres, la délégation de l’équipe visiteuse et les supporteurs.

Rejoint au téléphone, Jhonson Janvier, qui s’est identifié comme supporteur de l’AS Dessalines, estime que la décision de sanctionner avec la dernière rigueur son club est injuste. Il pense que la Commission devait donner un avertissement avant : « Je ne suis pas contre une sanction. Mais il n’est pas sérieux d’infliger une sanction aussi sévère au club. Les joueurs et dirigeants ne sont pas forcement responsable. Partout, il y a des fanatiques violents. Pour l’instant on attend que le dossier soit traité au niveau de la Commission nationale de discipline. Mais j’espère de tout cœur que le club retrouvera le championnat dans peu de temps », a-t-il fait savoir.

Si les réactions des supporteurs et acteurs du football sont plutôt favorables à la décision de la Cochafop, ils restent attentifs aux prochaines dispositions de l’instance organisatrice face aux clubs plus puissants du football. Ce sera le seul moyen pour eux de vérifier la volonté réelle d’éradiquer la violence dans le football haïtien.

Kenson Désir




Articles connexes


Afficher plus [2645]