S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le MJSAC dans l’impossibilité de remplir sa mission !

Le MJSAC dans l’impossibilité de remplir sa mission !



Chaque année, le montant alloué au ministère de la Jeunesse des Sports et de l’Action civique est revu à la baisse dans le budget national. Pour l’exercice fiscal 2019-2020, il a reçu une allocation de 653, 288,932 gourdes, ce qui représente 0.5 % du budget national. Avec cette somme, le MJSAC peut difficilement développer ses trois axes d’intervention.


Suivant le rapport de présentation et de crédit dans le budget haïtien pour l’exercice 2019-2020, le montant de 653, 288, 932 gourdes du ministère de la Jeunesse des Sports et de l’Action civique, moins de 1 % du budget national, est reparti ainsi : 392 millions pour les dépenses liées au personnel, 192 millions pour les dépenses de biens et services, 7 millions pour immobilisation et 104 pour les autres dépenses publiques. Dans ce contexte, le MJSAC n’a aucun fonds pour des investissements dans la création d’infrastructures sportives afin d’améliorer la pratique sportive dans le pays.

Pourtant, le ministère avait pour objectif, pour l’année fiscale 2019-2020, d’améliorer les conditions de pratiques du sport au niveau individuel et professionnel par l’entremise de la réhabilitation d’infrastructures sportives ; promouvoir et développer le sport féminin sur tout le territoire national ; mettre en place des stratégies de détection et de formation des jeunes talents sportifs en collaboration avec les fédérations ; assurer une couverture adéquate du territoire national en infrastructures sportives ; lutter contre l’usage de stupéfiants et de substances psychotropes par la mise en place d’espaces d’échanges et d’épanouissement pour les jeunes ; améliorer les normes nationales sur l’emploi en vue de lutter efficacement contre le chômage et la pauvreté des jeunes et ; promouvoir et développer le sens du civisme et du patriotisme chez les jeunes sur tout le territoire national.

Nous sommes à quelques semaines de la fin de cet exercice qui s’achèvera le 30 septembre à venir, le MJSAC n’est toujours pas en mesure d’atteindre les objectifs susmentionnés. Outre le changement répétitif des ministres, on peut voir facilement que le montant accordé à ce ministère ne saurait lui convenir par rapport à sa mission et la quantité croissante de ses employés.

Cette situation est incompressible puisqu’on parle d’un pays où la majorité de la population est jeune. Le développement du sport peut être un bon moyen de former des athlètes professionnels et de les placer sur le marché international. Cela pourrait être une autre source de richesse et d’introduire de devise dans l’économie haïtienne. Car, avec la politique d’importation mise en place depuis plusieurs décennies, on ne fait qu’appauvrir les familles et diminuer nos productions de richesses.

Pour les fédérations sportives, les jeunes, ce n’est pas l’heure de rêver. Indépendamment de la volonté d’un ministre, le MJSAC n’existe que pour la forme. La jeunesse et le sport ne sont pas une priorité pour l’État haïtien. D’ailleurs, dans le tableau reflétant sa priorité, le MJSAC est jusqu’au fond. On ne peut pas s’attendre à un miracle sous aucune forme.

Que faire pour remédier à cette situation ?

Dans l’état actuel des choses, il est urgent que les fédérations sportives et les autres acteurs du secteur sportif s’unissent pour se transformer en une vraie force pour contraindre le gouvernement en place de revoir à la hausse l’allocation du MJSAC. Mais également, de réduire les dépenses en personnel afin de disposer de plus d’argent pour les projets durables. Pour l’instant, le ministère compte 609 employés avec une moyenne d’âge de 48 ans. Ils absorbent une bonne partie du budget dudit ministère, et l’État devrait revoir sa politique de recrutement pour ce ministère. Pour l’instant, rien n’est fait en fonction des besoins de ce MJSAC bancal.

Kenson Désir




Articles connexes


Afficher plus [2577]