RTPacific Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Journée mondiale de la santé bucco-dentaire, des dentistes haïtiens s’expriment

Journée mondiale de la santé bucco-dentaire, des dentistes haïtiens s’expriment



La Journée mondiale de la santé bucco-dentaire est célébrée tous les 20 mars. Selon la fédération dentaire internationale, cette journée doit servir d’occasion pour donner aux gens les outils et les connaissances nécessaires pour prévenir et contrôler les maladies bucco-dentaires qui touchent environ 3,5 milliards de personnes dans le monde.

Cette année, nous avons rencontré plusieurs dentistes haïtiens à l’occasion de cette journée, ils se sont exprimés tant sur l’état des lieux de la santé- bucco-dentaire en Haïti que sur les conséquences et des perspectives.

Santé bucco-dentaire

Docteur Esdras Jean-Louis est chirurgien-dentiste de service à l’hôpital La Providence des Gonaïves et dirige une clinique à Port-au-Prince. Pour lui, la santé bucco-dentaire doit se référer à une propreté de la cavité buccale, la muqueuse et les dents, toute absence d’infirmité , une bonne coloration des dents et l’absence de caries sont aussi des éléments incontournables dans la définition d’une bouche en bonne santé.

Docteur Fedeline Corvil est chirurgien-dentiste et spécialiste en Implantologie et parodontologie, se référant à la définition de la santé de l’OMS, voit non seulement l’intégrité de la bouche et des dents, mais aussi tout état qui compromettrait l’évolution de la personne dans son milieu social, qui limite les gens et altère leur confiance en soi ; une carie, des dents manquantes, une mauvaise haleine. Dit-elle, si le visage est notre passeport le sourire et la bouche en sont les premières pages.

État des lieux

Le débat autour de la santé bucco-dentaire en Haïti, selon Dr Jean-Louis, doit être bien pris en compte. Il dit regretter l’absence des chiffres autour des maladies bucco-dentaires dans le pays. Par contre dans ses expériences de clinicien, il avoue que les caries dentaires représentent un fléau, pas moins de 8 patients sur 10 en consultation publique présentent une carie et jusqu’à 3 sur 5 en privé. Cherchant une explication à cela, l’amer constat est que les gens viennent à l’hôpital parce qu’ils sont malades alors qu’ils devraient venir pour préserver leurs dents et leurs bouches contre les maladies. « Dans les hôpitaux publics en Haïti, on pratique majoritairement l’extraction des dents, les consultations et campagnes de prévention sont quasi inexistantes », déplore-t-il.

De son côté, Dr Corvil a tranché sec « la santé bucco-dentaire en Haïti est négligée ». Les citoyens n’ont pratiquement aucune éducation relative à la santé bucco-dentaire, rares sont les centres de santé qui disposent de soins dentaires pour une population aux ressources économiques limitées ne pouvant pas toujours s’offrir les services de soins en privé. Comme conséquence, un Haïtien peut mourir d’une complication d’une simple infection dentaire, déplore Dr Corvil.

Pour sa part, Dr Roodyson Dantica, résident en service social, a rappelé cette sombre réalité des patients venus de partout et de très loin, dans des conditions graves d’insécurité juste pour bénéficier d’une extraction. Le plus dur, selon le jeune dentiste, quoiqu’ayant pris le soin de faire l’éducation de ces patients, ils préfèrent une extraction, question de faire d’une pierre deux coups.

Quant à la formation de professionnels de soins dentaires, à ce jour, deux 2 institutions de formation supérieure sont recensées aux côtés de la Faculté d’Odontologie de l’Université d’État d’Haïti. On retrouve la grande majorité des dentistes dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Surprise aucune, tout vide doit être comblé avance tristement Dr Jean-Louis, évoquant qu’en lieu et place des dentistes dans les zones en dehors de la capitale, ce sont des charlatans qui s’imposent, provoquant trop souvent des handicaps chez ces personnes livrées à elles-mêmes.

La santé en soi est un droit que détient le citoyen, soutient Dr Corvil, la santé bucco-dentaire en est un chapitre important. Elle s’explique en s’appuyant sur les éventuelles complications des maladies bucco-dentaires et l’altération de certains autres par une mauvaise hygiène dentaire. Une gingivite chez une femme enceinte peut avoir de graves conséquences sur l’évolution de sa grossesse, cela peut aller jusqu’à un accouchement précoce. Des cardiopathies peuvent être aggravées par des maladies bucco-dentaires, renchérit-elle.

Retombées sociales des maladies bucco-dentaires

Les affections dentaires affectent les liens sociaux !

Des personnes avec une halitose, des dents manquantes, des caries multiples se renferment souvent sur eux, nous rapporte Dr Jean-Gardy Saintilien qui est professeur et moniteur de stages à la faculté d’Odontologie de l’Université de la Fondation du Dr Aristide. Ils ont peur de prendre la parole en public ; l’halitose est un motif fréquent de détérioration des relations de couple. Ceci constitue en somme un problème psycho-social. Un avis partagé par Dr Jean-Louis qui expose des situations où des personnes échouent à une entrevue d’embauche à cause de l’état de sa bouche. Le Dr Saintilien veut clamer haut et fort que les discriminations liées aux maladies bucco-dentaires sont à condamner et doivent être bannies de notre quotidien.

Implication des dentistes dans l’amélioration de la situation

Sans hésiter, Dr Dantica croit que le dentiste en sa qualité de citoyen et de professionnel détenteur de connaissances et de compétences en la matière doit dépasser la prestation des soins, il doit s’impliquer dans l’éducation de la population. Il donne l’exemple d’ailleurs à travers son staff « Dentica » dans des campagnes d’éducation des populations. Dr Jean-Louis est aussi convaincu que l’approche préventive par l’éducation doit être le point de départ. Si Dr Corvil croit que les personnes en situation défavorisée sont les plus vulnérables aux maladies dentaires, c’est peut-être parce que les barrières sociales, économiques et géographiques à l’accessibilité aux soins dentaires sont réelles.

Sois fier de ta bouche

C’est le thème retenu cette année pour la célébration de la journée internationale des soins bucco-dentaires. Dr Fedeline Corvil au même titre que le Dr Esdras Jean-Louis croit qu’il doit être un engagement personnel de chaque citoyen à préserver sa santé bucco-dentaire , des professionnels de soins bucco-dentaires , mais aussi des autorités de santé, car si les maladies bucco-dentaires dérangent, le coût, l’accessibilité aux soins, la vulnérabilité de la population sont des chapitres incontournables sur lesquels il faut agir en toute urgence.

B. Charlemagne Charlorin




Articles connexes


Afficher plus [4227]