S'identifier Contact Avis
 
21° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Place aux rapports de force?

Place aux rapports de force?



En Haïti, chaque jour apporte son lot d'inquiétudes ajouté à celles laissées par le jour d'avant. Ces derniers temps, les cas de kidnapping se multiplient et génèrent la frayeur. Cette situation s'est exacerbée avec la crise politique où la position des acteurs se polarise davantage, alors que la réalité recommande le consensus et le dialogue pour, tout au moins, limiter les dégâts. La population, trop présurée par ce phénomène, est à bout de souffle. Les autorités sont en panne de solutions. Chacun pour soi, Dieu pour tous!

Jusqu'à présent, aucune disposition n'est encore prise de la part des responsables au plus haut niveau de l'État pour défaire cette perception générale qui veut établir une certaine complicité entre les gangs et des autorités étatiques. La population consommée dans cette perception semble vouloir s'organiser face à l'arrogance des bandits. On en veut pour preuves, les différents petits mouvements à chaque cas d'enlèvement.

En moins 48 heures (entre lundi 18 et mardi 19), on dénombre 4 mouvements de protestations tenues en réaction au kidnapping. Les résidents de Portail Léogâne et ses environs ont bloqué la zone suite au kidnapping d'un chauffeur et propriétaire de bus, des élèves en uniformes ont gagné pour protester contre l'enlèvement de leur administratrice d'école au Centre-ville alors qu'au niveau du Canapé-Vert, la route était coupée pour réclamer la libération d'une jeune fille 28 enlevée devant sa résidence à Thomassin. Des organisations de la société civile ont tenu ce mardi un sit-in devant la résidence officielle du Premier ministre en vue de lui rappeler les responsabilités qui sont siennes en matière de sécurité, en sa qualité de chef du Conseil supérieur de la Police nationale d'Haïti.

L'absence de réactions appropriées des autorités par rapport aux actes répétés de kidnapping a sapé la confiance de la population dans ceux et celles qui sont censés la protéger. Cette passivité, dont les responsables étatiques ont fait montre, peut facilement donner lieu à toutes sortes d'interprétations. L'État serait-il réellement impuissant face aux assauts des kidnappeurs ? Ou existerait-il un certain accord entre des autorités et des réseaux mafieux qui s'adonnent à ce commerce juteux que représente le kidnapping aujourd'hui?

L'ancien secrétaire d’État à la Sécurité publique, Himmler Rebu, dans une interview accordée au journal Le National, ne veut pas parler de phénomène d’insécurité en Haïti. Pour lui, il s’agit d'une compromission entre l’État et les bandits armés à des fins politiques. Pour juguler ce problème, il préconise un soulèvement général qui devrait aboutir à un changement de régime.

L'insécurité généralisée et le grand banditisme exprimés à travers le kidnapping ne sont que la pointe émergée de l'iceberg. La crise politique peut donner lieu à tout. À défaut de s'asseoir pour poser les vrais problèmes du pays, les acteurs ont laissé pourrir la situation jusqu'à ce que le citoyen lambda se rend compte que, lui seul, peut garantir son destin dans la réalité actuelle. L'État est en lambeaux. La justice endormie. On risque de se retrouver, un bon matin, dans une situation où chacun cherche à se faire justice suivant sa force.

Malheureusement, le consensus minimal n'aura pas été trouvé avant la date fatidique du 7 février et même durant toute l'année 2021 en tenant compte de la posture adoptée par les forces en présence. En dehors de ce consensus vital pour le pays, on s'achemine droit vers le ring de boxe où les rapports de force détermineront ceux qui auront le droit ou la chance de survivre.

Noclès Débréus




Articles connexes


Afficher plus [1185]