S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Un certain temps de Noël

Un certain temps de Noël



Nous voilà rendus à la Noël cuvée 2020, et cela nous surprend. Le grand écart, s’il faut s’y plier, est sportif. Comment penser à la mort et à la fête en même temps ?

À Port-au-Prince ou ailleurs dans le pays, la population n’a jamais autant rêvé de quiétude d’esprit et de paix. Les temps, il faut l’écrire une fois de plus, sont extrêmement difficiles. Les Haïtiens tétanisés se demandent, en cette période traditionnellement réservée à la fête et à la sublimation de la candeur, s’il est convenable ou utile de continuer à faire semblant. Rien ne rassure en ces temps: ni le bruit des bottes policières ni la soudaine sévérité des autorités vis-à-vis des entrepreneurs du crime organisé et des commandants de nos quartiers. Et, personne ne sait si c’est le feint qui se glisse malicieusement à la place du vrai. Il vaut mieux convenir que la parade guerrière pour contrer, pendant les fêtes de fin d’année, les kidnappeurs et autres seigneurs de la déstabilisation ne suffit pas pour faire oublier que le danger est partout présent en Haïti.

On a perdu l’esprit de cette période qui, toute hypocrisie bue, pouvait trouver un sens dans le prétexte des illuminations qui investissent les lieux publics, les commerces et les foyers, même les plus modestes.

Cette année, le besoin de paix et de tranquillité a éclipsé toutes les expressions de légèreté et charité. Personne n’ose parler des enfants assiégés dans des quartiers où la Police tente de reprendre le contrôle pour les soustraire à la toute-puissance des caïds.

C’est en effet douloureux d’admettre que l’année 2020, sur son passage, a abimé tout ce qu’elle a pu, avec la pandémie et ses incertitudes, la violence aveugle des bandits et la belle saison des mythomanes et autres bonimenteurs. La Noël ne pourra, en aucun cas, nous guérir de ce désarroi.

Au journal Le National, nous savons que la Noël n’apportera pas cette petite dose de joie dont les familles haïtiennes ont soif. Mais l’esprit des fêtes survivra à la veulerie des acteurs (politiques et économiques) de tous bords, survivra à ceux qui ont détruit la cohésion sociale, piétiné le droit à la vie des Haïtiens et dégradé l’image du pays.

Nous sommes quand même nostalgiques de la charité obligée, des fausses réconciliations, des messes fades, des guirlandes édentées, du désordre des feux d’artifice, des pauvres fêtes de quartier et du libertinage permis dans les bals et les réveillons.

La joie, même grotesque, a toujours été consolante. Jamais, elle n’a assombri, comme c’est le cas aujourd’hui, notre foi dans l’humanité. Certaines fois, à quelque chose malheur est bon. La morosité de la Noël 2020 permettra à la population de se pencher sur les motivations souterraines de nos leaders et de nos élites.
Joyeuses fêtes quand même. Envers et malgré tout.

Jean-Euphèle Milcé




Articles connexes


Afficher plus [1165]