RTPacific Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

CHSAN: en première ligne de la lutte contre l’insécurité alimentaire dans la Grand'Anse

CHSAN: en première ligne de la lutte contre l’insécurité alimentaire dans la Grand'Anse



Concorde Haïtienne de Sécurité alimentaire et nutritionnelle (CHSAN) est une organisation sans but lucratif créée en 2018. Son siège social se trouve dans le sud-ouest du pays plus précisément à Jérémie, une zone hautement stratégique en termes de production agricole et de couverture végétale. L’objectif de cette organisation est de travailler dans plusieurs domaines tels que l’agriculture, l’environnement, la nutrition, la création d’emplois, la question de genre afin de renforcer la sécurité alimentaire en Haïti.

« Les différents rapports sur la question relatent à chaque fois une situation alarmante et en détérioration continue alors que le débat sur la question reste presque tabou. Le dernier rapport en date de la Coordination nationale de Sécurité alimentaire CNSA a fait état de plus de 4 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire et plus d’un million qui sont en attente de l’aide alimentaire en urgence. C’est inadmissible. Personne n’en parle vraiment alors que cela aurait dû être l’affaire de tout le monde. La société civile, l’église, l’école, l’université dans toutes ses composantes, l’État, le secteur privé ne devraient pas rester indifférents face à une telle situation », a déclaré Guelson JEAN-LOUIS, coordonnateur de CHSAN

Pour Roberto Vincent, agronome et membre fondateur de CHSAN « pour arriver durablement vers la sécurité alimentaire à travers le pays l’agriculture devrait être priorisée par la mise en place des équipements agricoles adaptés, la formation technique des agriculteurs, des fermiers paysans, les gens au fin fond des milliers ruraux qui pratiquent l’agriculture familiale devraient être pris en compte. La question foncière devrait être aussi soulevée. Et c’est ce que nous faisons depuis le lancement officiel de la CHSAN. Nous travaillons un peu partout à travers la Grand'Anse et surtout au niveau des localités les plus vulnérables. À Parotie, durant l’épidémie de Coronavirus nous avons mis en place un jardin à cycle court qui a pu contribuer au renforcement de la sécurité alimentaire des dizaines de ménages en situation d’insécurité alimentaire en phase IPC 3. On a aussi donné un appui technique à des agriculteurs au niveau de la même localité. Nous travaillons actuellement sur une campagne de sensibilisation sur la sécurité alimentaire et la protection de l’environnement (Édu-éco21) qui couvrira tout le département.

Ce nouveau projet vise la mise en place à travers les écoles d’un jardin pédagogique en formant les élèves à cet effet. Notre équipe de formateurs plantera avec les écoliers des variétés à cycle court. (Légumineuses, manioc, tubercules) et ces récoltes serviront à renforcer les cantines scolaires de l’établissement.

Nous pouvons parvenir à l’autosuffisance alimentaire par la production agricole. Ce serait un pas dans la bonne direction pour ce pays à balance économique déficitaire. Nous importons presque tout et nous n’exportons presque rien, » continue-t-il à ajouter. « La Grand'Anse pourrait à elle seule donner à manger à plus de onze millions d’Haïtiens et faire aussi de l’exportation vers les autres pays. C’est pourquoi nous, à travers cette structure, travaillons sans relâche, » conclut-il.

Jean-Louis Guelson




Articles connexes


Afficher plus [3090]