S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Comment reconstruire la gourde ?

Comment reconstruire la gourde ?



Comme toute monnaie nationale, l’économiste Fréderic Gérald Chery, dans son ouvrage intitulé « La reconstruction de la gourde », reconnait que la gourde charrie des valeurs, pourtant, elle est le reflet d’une image négative de la société. En présentant un ensemble de modalités pouvant aider à reconstruire la gourde, l’économiste affirme que le blocage de l’économie nationale réside dans la difficulté à renforcer ses secteurs traditionnels.


Dans son ouvrage fraichement publié, l’auteur a fait ressortir plusieurs paramètres qui entravent l’affaiblissement de la gourde. « L’économie haïtienne d’aujourd’hui, ce qu’il en reste après deux siècles de présence sur le marché mondial, n’a jamais fait l’objet d’une organisation rigoureuse bien que la mobilisation de son potentiel aurait pu permettre de garantir un minimum de biens et de confort a sa population », a indiqué l’auteur.

Selon toujours le professeur Chery, la plupart des produits de l’économie haïtienne ne sont pas éligibles au crédit bancaire. Ils ne sont pas soutenus par la politique budgétaire en termes de construction des infrastructures de production, de recherche de procédés pertinents, dont la recherche semencière et aussi de débouchés à travers les marchés publics.

Dans la page 117 de l’ouvrage qui contient 230 pages, l’écrivain fait le point sur la question d’épargne en Haïti. Ainsi, via le chapitre 5 du livre, il montre des nombreuses contraintes qui entravent la réinsertion de l’épargne dans le secteur productif. Par ailleurs, il fait savoir que la monnaie nationale s’affaisse, car le chef haïtien n’est pas éduqué dès le jeune âge pour accompagner une société qui vise le bien-être collectif.

De plus, M. Chery avance ses dires pour expliquer que l’économie organisée autour des denrées génère des mécanismes de transfert du surplus vers d’autres secteurs de production qui entrave la réinsertion de l’épargne dans le secteur productif. Alors, face à ces contraintes, pour lui, les acteurs gérant la monnaie nationale sont réduits à faire des choix qui conduisent à un affaiblissement de la gourde et à l’appauvrissement des ménages.

« Le mode d’allocation de l’épargné nationale a des activités de court terme, en écartant le financement des infrastructures, est la cause d’un affaiblissement du pouvoir d’achat de la gourde. La manière dont cette masse de biens est financée, sans engager l’épargne nationale, ne permet pas à la monnaie nationale d’être connectée au secteur productif », a fait ressortir l’économiste dans son ouvrage, qui mérite une attention soutenue.

L’absence du dirigeant démiurge

D’un autre côté, l’économiste estime que le personnage haïtien qui devrait contribuer à renforcer la gourde n’est pas encore construit intellectuellement par le système éducatif de ce pays ni n’est pas produit par le mode de socialisation en cours dans les familles.

« Ce personnage ne travaille pas pour que tous les autres individus puissent s’enrichir et changer de situation sociale. Les enfants haïtiens ne sont pas socialisés dans leurs familles, instruits dans le système éducatif et impliqués dans le travail communautaire et les activités ludiques (tourisme local) pour mieux connaitre et apprécier les produits du terroir haïtien, ses créations culturelles, les connaissances et les savoir-faire disponibles, s’approprier du patrimoine matériel et immatériel de leur société », écrit Fréderic Gerald Chery.

Si l’on en croit, pour rendre la monnaie nationale forte, il faut la repenser. C’est-à-dire, repenser les modalités de sa reconstruction sur les plans économiques, politiques et symboliques. Aussi, M. Chery croit que pour reconstruire la gourde, le gouvernement doit assumer sa pleine responsabilité, afin de répondre aux besoins de la population, d’organiser le système productif, de fixer des objectifs mesurables dans le moyen-terme en matière d’amélioration de la production et des conditions de vie des individus.

« Les dirigeants devraient mettre en place les moyens, même si ceux du pays sont modestes, pour contribuer à produire des réflexions pertinentes en éclairer leurs décisions. Construire la gourde suppose que les élites dirigeantes du pays seront en mesure de dépasser l’idéologie de paria qui est accolée aux individus depuis la période coloniale », encourage l’économiste Fréderic Gerald Chery.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3061]