S'identifier Contact Avis
 
32° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« La reconstruction de la gourde », un nouvel ouvrage de l’économiste Fréderic Gerald Chéry qui montre la marche à suivre pour renforcer la monnaie nationale

« La reconstruction de la gourde », un nouvel ouvrage de l’économiste Fréderic Gerald Chéry qui montre la marche à suivre pour renforcer la monnaie nationale



« La reconstruction de la gourde » est le titre d’un nouvel ouvrage que l’économiste Fréderic Gerald Chéry vient de publier. À travers ce livre qui est subdivisé en neuf (9) chapitres, l’auteur pose la problématique de la monnaie à laquelle le pays fait face. Selon l’économiste, le système monétaire haïtien est depuis 1980, pataugé dans une crise de surliquidités dont le résultat est la dépréciation continue de la monnaie nationale qui ne produit aucun effet sur l’amélioration de la compétitivité des produits haïtiens et sur les entrées des capitaux.


Dans ce livre qui montre la marche à suivre pour arriver à reconstruire la devise haïtienne qui est la gourde, l’économiste Fréderic Gerald Chéry en faisant l’historicité de la monnaie haïtienne, fait savoir que la gourde est créée au 19e siècle, notamment à partir des recettes des exportations à un moment où les étrangers achètent les denrées.

En analysant le système monétaire, les déclarations du professeur Chery font croire que la crise durable de la gourde est le résultat de la réticence de cette société qui refuse de changer les règles de la production du savoir et de partage des richesses mises en place après la sortie de l’esclavage.

D’après l’auteur, la première faiblesse de la gourde provient de l’incertitude persistant sur les quantités produites. La deuxième faiblesse de la gourde vient du fait que les autorités nationales n’ont pas de réponse pertinente aux questions de la production, en commençant par la production intellectuelle qui permet de mesurer les autres productions. La gourde fait face à un déficit d’ancrage. Elle ne finance pas les biens que les ménages consomment, a-t-il souligné.

Par ailleurs, l’économiste Chery dans le livre dit regretter le fait que les dirigeants haïtiens veulent une monnaie venant de l’aide externe ou du budget sans vouloir jeter les bases de la production.

« La gourde dans un premier temps se déprécie, puisqu’elle n’est pas mobilisée pour stimuler le savoir et les savoir-faire, et en second temps vu l’absence des infrastructures de production et des politiques portant sur la protection sociale », a expliqué l’auteur, martelant que la valeur de la gourde se détériore au jour le jour au moment ou les pouvoirs publics préfèrent, pour diriger Haïti et gérer l’économie nationale, avec les savoir venus d’ailleurs.

En plaidant en faveur l’intégration des ressources intellectuelles dans la cause du pays, l’auteur fait remarquer que les savoirs et les savoir-faire des individus ne sont pas encore validés par des instances publiques. « Le savoir local ne sert ni à penser la société ni à légitimer les dirigeants haïtiens, ni ne permet de renouveler les savoir-faire servant aux travailleurs haïtiens à mieux produire », a déclaré le professeur d'université qui souhaite voir que le pays soit doté d’une stratégie politique et économique pour passer de la monnaie locale ayant un pouvoir libératoire à une monnaie de transaction et pouvant jouer le rôle de réserve de valeur.

À souligner que, le premier chapitre du livre est porté sur la construction politique de la gourde, le deuxième chapitre traite les droits économiques et agrégats monétaires. Dans le chapitre 3, l’économiste a mis l’accent sur le monnayage et la croissance dans l’économie haïtienne.

Quant au chapitre 4, il a traité la question de monnaie, crédits et routines avant de présenter dans le chapitre 5, les contraintes de la réinsertion de l’épargne. La déconnexion et la reconstruction de la gourde ont été abordées dans les chapitres 6 et 7. Et dans les deux derniers chapitres, l’auteur fait une présentation sur la monnaie endogène et sur le cadre constitutionnel de la gourde.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3059]