S'identifier Contact Avis
 
32° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le gouvernement entend développer le secteur touristique à travers le PREPOC

Le gouvernement entend développer le secteur touristique à travers le PREPOC



L’Administration Moïse/Jouthe vient de lancer un Plan de relance économique post Covid-19 dit PREPOC. À travers ce document de 384 pages, le gouvernement entend remettre l’économie sur le sentier de la croissance robuste et jeter ainsi des bases pour le développement inclusif et la prospérité partagée. Pour le secteur touristique, un ensemble de dispositions sont prises pour développer ledit secteur, qui selon le gouvernement reste encore sous-développé.

Via le Plan de relance économique post-covid élaboré par deux ministères du gouvernement, à savoir le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et le ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE), l’administration en place vise à organiser ses actions au cours de la
période 2020-2023, en attendant des travaux de plus grande envergure pour la révision du PSDH. En effet, à travers le PREPOC 2020-2023, le gouvernement entend engager des activités sélectives susceptibles d’engendrer des résultats rapides et tangibles pour d’abord, la stabilisation du cadre macroéconomique et financier, et ensuite pour la relance de la croissance, a-t-on remarqué dans ce document.

Si l’on en croit le chef du gouvernement, Joseph Jouthe, le PREPOC se veut un cadre opérationnel pour la période 2020-2023. Il servira de boussole au gouvernement pour conduire des actions stratégiques et remettre l’économie sur le sentier de la croissance robuste, et jeter ainsi les bases pour le développement inclusif et la prospérité partagée.

En matière de tourisme, le gouvernement dans ce plan projette une batterie de mesures visant à développer le tourisme et à valoriser les produits artisanaux et culturels. « Les statistiques montrent qu’un flux important de visiteurs fréquente Haïti, en dépit du fait que le pays n’a pas assez mis en valeur son patrimoine naturel, historique et culturel. Toutefois, le potentiel touristique du pays reste encore sous-exploité », a fait remarquer le gouvernement.

Alors, pour le développement de ce secteur, sept principaux axes d’intervention sont définis. Pour les autorités, leur souhait est d’abord de renforcer les capacités des acteurs et des opérateurs du secteur, ensuite, d’arriver d'accroître la notoriété de la destination Haïti sur les principaux marchés émetteurs. Puis, le gouvernement compte renforcer le cadre sanitaire et réviser le cadre réglementaire, appuyer les métiers du tourisme et de l’hôtellerie.

Par le biais du PREPOC, le gouvernement veut mettre en place une
stratégie de financement du développement du tourisme et attirer des investissements dans le secteur touristique, appuyer le développement du tourisme interne, et développer le secteur du tourisme des croisières.

Le tourisme demeure un potentiel de développement largement inexploité, surtout au vu de la spécificité des valeurs historiques et culturelles uniques d’Haïti dans les Caraïbes. Par ses effets d'entraînement sur les autres secteurs et ses apports en devises étrangères, le tourisme peut être un puissant moteur de croissance, de diversification et de décentralisation géographique des activités économiques du pays. Pour cela, le gouvernement croit que Haïti devrait mettre davantage en valeur son patrimoine historique et culturel dont certains sont déclarés patrimoine mondial, pour attirer des visiteurs à intérêts diversifiés.

Il devra aussi résoudre les contraintes liées à la capacité et la qualité des infrastructures d’accueil (encore très faibles en Haïti comparativement à la République dominicaine voisine, avec seulement 3 000 chambres contre 60 000 en 2014). Ainsi le gouvernement estime que le pays pourra aussi capitaliser sur le fait d’être classé par le Forum économique mondial. Haïti est sur la carte touristique mondiale depuis 2014, rappelle-t-il.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3034]