S'identifier Contact Avis
 
34° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Insécurité alimentaire: « 16 millions de personnes de l’Amérique latine et des Caraïbes bientôt touchées », annonce le PAM

Insécurité alimentaire: « 16 millions de personnes de l’Amérique latine et des Caraïbes bientôt touchées », annonce le PAM



En Amérique latine et dans les Caraïbes, la pandémie COVID-19 a fait des ravages, où le spectre d’une grave crise économique se faisait déjà pressentir. Selon le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, la région devrait connaître une augmentation de 269% du nombre de personnes confrontées à une grave insécurité alimentaire, ce qui signifie que 16 millions de personnes au total ne sauront pas d’où viendra leur prochain repas dans les mois à venir, contre 4,3 millions en 2019.


Avec la montée en flèche des cas de coronavirus, la région de l'Amérique latine et des Caraïbes est d’après le PAM, la région la plus touchée par le COVID-19 au niveau mondial, représentant plus d'un quart des cas dans le monde. Cette situation a avancé l’organisme humanitaire, conduisant à une hausse de la faim et de l'insécurité alimentaire dans la région. La pandémie risque non seulement d'alimenter les conflits et les troubles politiques, mais aussi de contraindre les familles vulnérables à émigrer, dit le PAM.

« La progression continue de la faim, les difficultés économiques, la hausse des inégalités et la saison des ouragans menacent les populations de l'Amérique latine et des Caraïbes et pourraient avoir des conséquences de grande envergure si des mesures ne sont pas prises rapidement », avertit le Programme alimentaire mondial.

Et face aux dégâts posés par la pandémie du nouveau coronavirus au niveau de la région, le directeur exécutif du PAM, David Beasley a fait sortir ses préoccupations. Lors de son passage en Équateur et au Panama où il s’est entretenu avec des dirigeants de l’Amérique latine, il a souligné que les familles peinent à acheter des produits de base comme de la nourriture et des médicaments. En effet, leurs moyens de subsistance sont détruits et le nombre de personnes sans emploi dans la région atteint 44 millions. Pour lui, il s’agit d’une combinaison fatale.

Par conséquent, il croit que les gouvernements de la région doivent agir maintenant et intelligemment. « On ne peut pas s’occuper du COVID-19 ou de la faim séparément, mais nous devons les traiter ensemble. Si nous le faisons bien, nous pouvons sauver des vies, sinon des gens mourront », a déclaré le directeur exécutif du PAM.

En tant qu’organisme humanitaire au monde, œuvre à sauver des vies dans les situations d'urgence, le Programme alimentaire mondial des Nations unies a plus loin, expliqué que la saison des ouragans -qui s'annonce plus intense que les précédentes est un facteur de risque mettant à rude épreuve des systèmes de protection sociale déjà surchargés.

Toutefois, le PAM se dit préoccupé par les personnes vulnérables en Haïti, dans le Corridor sec d'Amérique centrale, ainsi que par les migrants vénézuéliens en Colombie, en Équateur et au Pérou. Il promet de continuer à soutenir les gouvernements, en les aidant à renforcer et à étendre leurs programmes nationaux de protection sociale, en vue de favoriser la prospérité et de bâtir un avenir durable pour les personnes ayant pâti des répercussions d'un conflit, d'une catastrophe ou du changement climatique.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [2763]