RTPacific Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Amstrong Jeune tourne le dos au compas direct

Amstrong Jeune tourne le dos au compas direct



Originaire de la ville de Petit-Goâve, Amstrong Jeune, keyboardiste et parolier, est l’un des plus grands interprètes qu’a connu la musique compas direct. Mais, déçupar ses collaborateurs successifs, il a décidé de jeter l’éponge.

Le public l’a découvert d‘abord au sein de New York all stars à côté du chanteur Kenny Desmangles, puis dans la formation Dola, un groupe prometteur.

L’industrie musicale haïtienne est ainsi faite ! Elle ne pardonne pas et ne signe pas de chèques à ceux qui portent une autre vision dans le souci d’apporter un plus au compas direct, comme l‘a si bien dit Nemours Jean Baptiste.

Amstrong l’a bien fait comprendredans sa composition « Jwe konpa ». Il en a fait de même dans la composition « Inspection » oùils’en est pris àcertains interprètes du compas direct.

La composition « Ti bato » avec le New York all stars, (94), nous a fait découvrir ce chanteur aussi talentueux que King Kino, Réginald Cangé et tant d’autres. Le musicien Ralph Condé le compare au Martiniquais Ralph Thamar.

Amstrong explique qu’il a été encouragédans le chant par le musicien compositeur Dernst Émile, qui est un maitre indiscutable dans la musique haïtienne. Et sa premièreexpérience sur scène, il l’a commencé avec le groupe Métrosonic aux côtés de Buyu Ambroise, Eddy Brisseaux, etc.

Plusieurs musiciens ont pris d‘assautle compas direct genre musical durant les années 80 et 90, avec leurssynthétiseurs, « drum machine » et autres fantaisies. C’était un scandale, faut-il l’avouer.

Mais, au cours d’une entrevue, il est allé plus loin pour exprimer sa frustration, en rapport avec la musique haïtienne, à cause de l‘indisciplinedes acteurs qui refusent en même temps toute idée de changement dans le secteur.

En ce qui concerne le HMI, (Haitian Music Industry), Amstrong a déclaré qu’il n’existe pas vraiment. Dans son propre pays, les musiciens ne peuvent pas réclamer les royalties. En un mot, c’est le désordre généralisé, a dit le musicien.

Walcam




Articles connexes


Afficher plus [5403]