S'identifier Contact Avis
 
21° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Nenel Cassy arrêté à Miragoâne puis libéré

Nenel Cassy arrêté à Miragoâne puis libéré



Opposant farouche au pouvoir en place, l’ancien sénateur des Nippes a été arrêté, le jeudi 21 janvier, à Miragoâne. Emmené au bureau du directeur général départemental de la PNH, il a été libéré quelques heures plus tard.


Environ 24 heures après la manifestation de l’opposition politique devant l’Ambassade des États-Unis d’Amérique en Haïti, l’ancien sénateur des Nippes a été intercepté en compagnie d’autres personnes probablement des militants, dans l’après-midi du jeudi 21 janvier, par des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) dans son département, les Nippes (Miragoane). Cette arrestation a été réalisée sous les ordres du commissaire du gouvernement de Miragoane. Il a été conduit au bureau du directeur départemental de la PNH des Nippes.

Peu de temps après cette arrestation, des collègues et amis de l’opposition sont montés au créneau pour dénoncer cette arrestation. Le porte-parole du secteur démocratique, André Michel, a indexé le président Jovenel Moise dans cette arrestation. Pour lui, Nenel Cassy a été arrêté conformément aux instructions du chef de l’État. « La bataille pour le respect de la Constitution doit prendre sa vitesse de croisière », a écrit l’avocat sur son compte Twitter. L’affaire a aussi fait grand bruit au-delà des frontières nationales. Des personnalités politiques étrangères de premier plan, dont Sir Ronald Sanders, ambassadeur d’Antigua et Barbuda auprès de l’OEA et des États-Unis d’Amérique, et Donzella James, membre du Sénat américain, ont exigé des explications.

À en croire, Me André Michel, présent sur les lieux, la détention de son collègue est due à sa position qui réclame le départ de Jovenel Moise le 7 février de cette année. Pour lui, la démocratie en péril et en danger. Il précise que ce n’est pas en arrêtant les opposants politiques que le président de la République va rester au pouvoir au-delà de son mandat. Toutefois, il demande un soulèvement populaire pour continuer à contraindre le chef de l’État à partir. Il appelle au blocage du pays.

De son côté, l’ancien sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, a aussi accusé Jovenel Moise. Il a affirmé que cette arrestation est l’exécution d’un ordre du locataire du Palais national, selon les explications des agents policiers au sénateur Cassy. Le natif des Gonaïves a indiqué que Me André Michel est également en difficulté. M. Latortue assimile cette arrestation à la mise en place d’un pouvoir dictatorial.

Pour l’ancien sénateur du Nord, Kelly Sébastien, l’arrestation de Nenel Cassy est la preuve supplémentaire des dérives autocratiques du pouvoir. Il appelle à la libération immédiate et sans condition de M. Cassy. Il invite ses pairs à l’unité afin de renforcer la mobilisation pour restaurer la décence de l’État.

Au moment de l’arrestation, les agents de police n’ont pas communiqué à l’ancien sénateur les infractions commises qui lui sont reprochées. En milieu de soirée, l’ancien sénateur a été libéré ainsi que ses compagnons. Pour l’instant, il n’a pas encore fait de déclarations.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7612]