S'identifier Contact Avis
 
23° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Matris liberasyon » appelle à l’unité de tous les acteurs de l’opposition

« Matris liberasyon » appelle à l’unité de tous les acteurs de l’opposition



Le mouvement politique Matris Liberasyon appelle à une entente entre tous les acteurs de l’opposition politique, en vue de trouver une position commune pour l’après 7 février 2021. Lors d’une conférence de presse ce jeudi 21 janvier, le coordonnateur du mouvement, Antonio Cheramy, croit que seule la mise en commun des idées peut mettre un terme au régime PHTK.


À seulement quelques jours du 7 février 2021, les questions se multiplient sur les stratégies à utiliser pour la période « post –PHTK ». La structure politique Matris Liberasyon, à travers la voix de son coordonnateur Antonio Cheramy, veut se poser en apôtre du dialogue entre les différentes branches de l’opposition politique.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, à Port-au-Prince, ce jeudi, l’ancien sénateur de l’ouest dit croire à la nécessité d’une seule idée pour établir une transition après le départ de Jovenel Moise, le 7 février 2021. Il dit croire que la multiplication des groupements de l’opposition et la divergence dans les idées n’est pas une bonne formule pour chavirer le régime PHTK.

« Je demande à tous mes camarades de l’opposition de s’asseoir autour d’une même table pour réfléchir sur l’avenir du pays, après le 7 février 2021 », déclare l’ancien parlementaire, plaidant en faveur d’un autre système politique qui visera à améliorer la situation des plus démunis.

De son côté, James Romain, un membre de ladite structure, dresse un bilan mitigé de l’administration de Jovenel Moise. Il précise que la recrudescence l’insécurité, la dévalorisation de la gourde, la multiplication des gangs armés et la cherté de la vie sont les preuves de l’échec de Jovenel Moise.

Le citoyen demande à toutes les couches de la société de prendre en main l’avenir du pays par la mobilisation populaire, en vue de contraindre Jovenel Moise à laisser le pouvoir le 7 février prochain.

« Il est évident que Jovenel Moise a échoué. Ses promesses non tenues, la multiplication des gangs, la dévalorisation de la gourde, la chute de l’économie, la montée du chômage, les hôpitaux non équipés, tout montre que ce régime a fait du tort au pays », martèle le membre de Matris liberasyson.

« Il faut que toutes les instances se montrent concernées par la situation. Nous ne pouvons laisser faire ce régime. Il nous faut prendre en main notre destin. C’est à nous de changer le pays », poursuit-il.

Moise Saint-Eloi




Articles connexes


Afficher plus [7612]