S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Marche pour la délivrance d’Haïti à Pétion-ville

Marche pour la délivrance d’Haïti à Pétion-ville



Jeudi 21 janvier 2021, sous l’initiative de l’ancienne mairesse de la commune de Pétion-ville, Claire Lydie Parent, plusieurs regroupements politiques et religieux ont marché à travers les rues de la commune dans l’idée de réclamer de meilleures conditions d’existence. Cette marche a été l’occasion pour des militants de l’opposition d’exiger le départ de Jovenel Moise au plus tard le 7 février 2021.


Contrairement à la marche du mercredi 20 janvier, cette marche s’est déroulée dans le calme jusqu’à sa fin à l’avenue Panaméricaine. Les autorités, qui craignaient des débordements, avaient déjà mis un dispositif de sécurité pour accompagner les manifestants. Durant tout le parcours, les manifestants ont prôné une société où l’on peut vivre en toute quiétude d’esprit. Ils ont lancé un message de ralliement en invitant la population à rejoindre le mouvement qui vise à déloger Jovenel Moise du Palais national et changer l’image du pays.

De la place Saint-Pierre à l’avenue Panaméricaine, les manifestants ont traversé au moins une dizaine de carrefours. À chaque carrefour, les protestataires se sont arrêtés pour un message de circonstance, et une prière de délivrance. Ainsi, ils ont demandé à Dieu d’accompagner le peuple haïtien dans le cadre de cette bataille lancée contre le régime en place qui ne cesse de terroriser la population. Ils ont ainsi dénoncé le chômage, la vie chère et le phénomène d’insécurité qui rongent le pays.

Ce n’était pas la grande foule. Mais les organisateurs parlent de réussite de cette marche. Pour eux, l’idée n’était pas d’attirer une foule de manifestants. L’essentiel était de lancer un mouvement symbolique et d’inviter la population à prendre ses responsabilités face au régime dictatorial de Jovenel Moise le 7 février prochain. Car, disent-ils, un peuple qui a fait 1986 ne peut pas se permettre de croiser les bras et d’assister à l’effondrement du pays en 2021.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [7612]