S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

ONI : le MJSP apporte des précisions

ONI : le MJSP apporte des précisions



Après l’expiration du délai de 16 octobre, le ministère de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP) annonce que la carte d’identification nationale (CIN) n’est plus valide. Les citoyens doivent détenir la Carte d’identification nationale unique (CINU) pour jouir de leurs droits civils et politiques.


Désormais, c’est la Carte d’identification nationale unique (CINU) qui est en cours sur le territoire national, selon le ministère de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP) dans une note datée du 20 octobre. Cette nouvelle carte doit permettre aux citoyens de jouir aisément de leurs droits civils et politiques. Elle remplace également la Carte d’identification nationale (CIN), utilisable sur le territoire national depuis 2005 jusqu’au 16 octobre 2020 qui, selon le MJSP, n’a plus de valeur.

La nouvelle carte d’identification rentre en application suivant le décret du 18 juin 2020. Elle est obligatoire pour tout citoyen vivant sur le territoire national. À en croire les allégations des autorités en place, elle est l’unique objet d’identification valable sur le territoire national. Outre les éléments habituels d’identification, cette carte comprend une puce intelligente qui contient les données biométriques, la signature du détenteur et toutes autres données pertinentes.

Couramment appelée « carte Dernalog », la nouvelle carte ne fait pas encore d'unanimité au sein de la société. Jusqu’à date, l’Office national d’identification (ONI) n’arrive pas encore à réaliser et à remettre la moitié du nombre de cartes nécessaires. Alors que l’institution a déjà produit près de 3 millions de cartes, seulement la moitié est déjà remise aux demandeurs.

À la base du nombre réduit de cartes produites se trouve la demande des individus en âge de citoyenneté. S’il est vrai, l’ONI dispose des matériels pour réaliser un grand nombre de cartes par jour, mais il faut faire la demande. Le travail de l’institution repose sur les demandeurs de la carte. Elle incite et attend les citoyens à venir commander la CINU.

Entre autres, la CINU alimente des débats sur sa légalité. Le contrat entre l’État haïtien et la firme allemande « Dermalog » a été passé en dehors des normes tracées par la loi. Ayant reçu un avis défavorable de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA), ce contrat devrait être modifié ou arrêté. Toutefois, il a été mis en exécution sans l’aval de la Cour.

Ce qui a incité des organisations de la société civile à porter plainte par-devant la justice. L’organisation des citoyens pour une nouvelle Haïti (OCNH) a déposé une plainte contre la fabrication de cette carte pour corruption. « Vu que le contrat signé avec la firme DERMALOG a été passé en dehors de la loi : la loi sur la passation de marché a été violée ; les personnes qui ont signé le contrat pour l’État haïtien ou l’ONI n’avaient pas de qualité pour le faire ; aucun appel d’offres n’a été lancé et des principes fondamentaux de la passation des marchés publics n’ont été ni suivis ni respectés, l’OCNH conscient que ledit contrat constitue un vaste scandale de corruption et renforcée dans ses convictions par les avis défavorables de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif ainsi que du Rapport préliminaire de la Commission éthique et anti-corruption du Sénat de la République ; a décidé de porter plainte contre les personnalités qui ont associé l’État haïtien à ce montage financier », indique l’organisation dirigée par Camille Occius.

Pour l’OCNH, le ministre Rockfeller VINCENT cherche à imposer la carte DERMALOG qui, d’après l’organisation, constitue en elle-même, un danger pour la sécurité nationale vu que le contrat stipule que la firme ne livrera les données des citoyens qu’après trois ans d’opération. Elle appelle les citoyens à la désobéissance civile en ne livrant pas les informations les concernant à la firme qui les stocke dans son pays d’origine, l’Allemagne, sans donner de rapport à qui ce soit sur leur utilisation.

Entre l’illégalité de ce contrat et la volonté de l’Exécutif de mettre en circulation cette carte, la population est contrainte de soumettre à la force dominante. Ainsi, les institutions du pays s’affaiblissent de plus en plus.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7293]