S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les étudiants de l’UEH toujours dans les rues pour réclamer justice pour Me Monferrier Dorval

Les étudiants de l’UEH toujours dans les rues pour réclamer justice pour Me Monferrier Dorval



Les étudiants de l’UEH ne décolèrent pas. Ce mardi 15 septembre, ils ont encore érigé des barricades à l’avenue Christophe, pour protester contre l’assassinat de Me Monferrier Dorval, le 28 aout dernier, à son domicile, à Pèlerin 5. Entre jets de pierres, barricades de pneus enflammés et usage de gaz lacrymogène, l’atmosphère était tendue entre les étudiants et les agents de la PNH.


Depuis déjà trois semaines, la rue Oswald Durand est un territoire rouge, une zone de conflits. Les étudiants de la Faculté de droit et des sciences économiques de Port-au-Prince (FDSE) réclament justice pour leur professeur Monferrier Dorval, crapuleusement assassiné.

Ces étudiants demandent aussi justice pour les habitants des quartiers défavorisés, victimes de massacres des bandits armés, et qui sont contraints de laisser leurs maisons pour échapper à l’emprise des bandits.

À la rue Oswald Durand, devant la Faculté de droit et des sciences économiques, tout comme à l’avenue Christophe, devant l’INAGHEI, les étudiants informent que leur mouvement continuera jusqu'à ce qu’une enquête sérieuse soit menée autour de la mort de Me Dorval, et que les fautifs soient punis selon la loi.

Ce mouvement, qui a affecté le fonctionnement de plusieurs facultés de l'UEH, risque de perdurer. Car, les mesures qui sont en train d'être prises par les autorités judiciaires ne sont pas trop rassurantes pour faire espérer - dans un avenir proche - que justice sera rendue au professeur de droit constitutionnel.

À ce jour, les membres du Barreau de Port-au-Prince, les membres de la Fédération des barreaux d’Haïti (FBH), ainsi que les membres de la Conférence des barreaux internationaux (CBI) continuent de dénoncer ce crime odieux et exigent que lumière soit faite sur ce dossier en vue de tracer un exemple.

Rappelons que les funérailles du bâtonnier de l'Ordre des avocats de Port-au-Prince sont prévues pour le vendredi 18 septembre prochain, à l'église St-Pierre de Pétion-Ville.

Moise Saint Éloi




Articles connexes


Afficher plus [7084]